Le groupe Lombardot accueille le député Jean-Louis Masson

Mardi 2 juin, le député du Var Jean-Louis Masson a visité plusieurs concessions du groupe Lombardot dans la zone commerciale de Toulon Est. L’occasion de se rendre compte sur le terrain de la réalité de la reprise économique, et de la mise en place des nouvelles dispositions sanitaires.

Plus de deux heures à arpenter les surfaces de vente, les bureaux, les ateliers mécaniques : le député du Var Jean-Louis Masson a longuement visité les locaux du groupe Lombardot, en compagnie de son dirigeant Hubert Lombardot. Fort de 450 salariés, le groupe est l’un des poids lourds automobiles du département du Var, et commercialise une dizaine de marques, parmi lesquelles des griffes de prestige comme Porsche, mais aussi Volkswagen, Audi, Skoda ou Jeep. Le parlementaire a ainsi pu constater de visu que l’activité était bel et bien repartie : « Je voulais voir sur le terrain si la reprise était là, et de quelle manière les clients retrouvent progressivement le chemin des concessions, a résumé Jean-Louis Masson. Mais aussi comprendre comment les entreprises vont intégrer les nouvelles recommandations sanitaires, et le respect de la distanciation ». Des distributeurs de gel hydroalcoolique sont ainsi disposés à l’entrée des locaux du groupe Lombardot, et dans les ateliers, les voitures sont désinfectées avant leur restitution au client. Les techniciens procèdent aussi à une désinfection complète après chaque essai de voiture neuve.

97% des salariés ont repris le travail

Aujourd’hui, ce sont 97% des 450 salariés du groupe qui ont repris le chemin du travail, avec le sourire et le plaisir de retrouver les collègues et les clients. « Ce n’est pas un sourire de façade, mais une réelle motivation à revenir travailler, insiste Hubert Lombardot, car j’ai toujours tenu à conserver une dimension familiale à l’entreprise. Et les salariés ressentent cette volonté, ils ont vraiment le sentiment d’appartenir à une famille, et de partager cette passion de l’automobile et du service ». Conséquence de cette mobilisation : au bout d’un mois la reprise est là, et bien là. « Cet épisode de confinement, pendant lequel nous n’avons traité que les urgences, nous a permis de repenser nos métiers, et d’envisager les orientations du futur, explique Hubert Lombardot. Car je suis persuadé que le monde de l’automobile va plus changer dans les 5 prochaines années que dans les 40 dernières ». La première traduction de cette réflexion a été d’introduire une plus grande souplesse dans les horaires de travail des mécaniciens des ateliers, afin de leur permettre de mieux organiser leurs journées et leur vie personnelle et familiale.

« J’étais d’humeur maussade et cette visite m’a redonné de l’énergie »

A l’issue de la visite, le député Jean-Louis Masson a tenu à saluer l’esprit de défi et de combat qui habite Hubert Lombardot, à l’image de tous les entrepreneurs du territoire : « C’est un éternel constat, celui de la difficulté d’être entrepreneur aujourd’hui, entre les obligations légales, les charges fiscales, sociales, et maintenant l’entreprise à faire repartir, avec bien souvent des activités à réinventer, et de nouvelles contraintes sanitaires à mettre en place. Ces entrepreneurs doivent savoir qu’ils nous trouveront, nous les élus locaux, à leurs côtés dans ces moments difficiles. Dans les mois à venir, avec les métropoles, les régions, nous allons avoir un rôle majeur pour favoriser les conditions de la reprise par le biais de l’investissement ». Avant de conclure par un clin d’oeil personnel : « Je suis content d’avoir effectué cette visite, et d’avoir pu constater ce dynamisme, cette envie de travailler. J’étais d’humeur maussade et cette visite m’a redonné de l’énergie ».